« A laughing violinist » en peinture à l'huile





Original peint par Gerrit Van Honthorst

Reproduction en peinture à l'huile sur toile de lin du portrait d'un musicien « A laughing violinist ».

Huile sur toile 12F (61 x 50cm)
60 heures de travail

L'original du tableau ci-contre a été peint par Gerrit Van Honthorst (04/11/1590 - 27/04/1656) en 1624.
Il s'agit du portrait d'un violoniste souriant, portant un doublet rayé bleu et jaune et un chapeau tombant, avec un violon mis sous son bras.
Ce portrait est une huile sur toile de style baroque de 65.2cm par 81.7cm. L'original se trouve à Londres, au Private Collection Johnny Van Haeften Ltd.
Gerrit Van Honthorst (ou Gerard Van Honthorst) était nommé en Italie Gherardo della Notte (Gérard de la Nuit).



Visualisez ci-dessous la reproduction du tableau, pas à pas, étapes par étapes avec des explications détaillées.



Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir dans une fenêtre

Report au carbone et camaïeu

5ème heure de travail
9 mai 2006

Travail sur toile 12-F au format 61x50 cm.
Réalisation d'un camaïeu. Il s'agit d'une peinture monochrome qui a plusieurs avantages :
- faire une première couche maigre (en peinture à l'huile, il faut peindre gras sur maigre afin d'éviter d'avoir un tableau craquelé avec le temps),
- mieux s'imprégner du tableau en peignant les ombres et lumières.

Camaïeu en terre de sienne brûlée

7,5ème heure de travail
23 mai 2006

Les traits principaux du modèle ont été reportés sur la toile à l'aide d'un papier carbone.
Commencement du camaïeu à l'aide de la couleur terre de sienne brûlée diluée à l'essence de térébenthine.
Il faut plus ou moins diluer la peinture à la térébenthine afin d'avoir des nuances claires et fonçées. Le visage est la partie à détailler au maximum, le reste étant de moindre importance.

Passage à la couleur diluée au medium

10ème heure de travail
30 mai 2006

Le passage aux couleurs se fait en diluant la peinture au medium.
Le medium est un mélange d'huile de lin et d'essence de térébenthine. Il est composé d'huiles essentielles non raffinées qui rendent la couleur plus opaque et plus riche en tonalité. Ils permettent de diluer la peinture en l'enrichissant. Les molécules du liant et des pigments se dispersent donc, et substituent ainsi au vide créé des substances fibreuses résistantes permettant à la pâte de conserver des qualités mécaniques et photochimiques plus correctes qu'un diluant pur comme l'essence. Il apporte du brillant, du satiné (ou du mat) et du corps à la touche.

Application du fond, accentuation des contrastes

30ème heure de travail
24 octobre 2006

La veste a été peinte sur 3 couches afin d'obtenir les bonnes couleurs et qu'elle soit bien opaque. Ajout des détails de couture, accentuation des contrastes.
Application de la 2ème couche de peinture sur l'arrière plan. Plusieurs nuances fondues de terre d'ombre mélangée à l'ocre jaune sur certains contour du musicien, qui part en dégradé vers la terre d'ombre jusqu'aux contours du cadre de couleur noire.

Détail de la mandoline du joyeux musicien

Détail de la mandoline, environ 5 heures de travail.

Couleurs utilisées pour la peau

La main gauche a été faite en 3 heures sur 2 couches.
Les couleurs utilisées pour représenter la peau sont :
- Pour les parties claires : ocre jaune, rouge de cadium, blanc de titane,
- Pour les parties sombres : terre d'ombre brûlée, rouge de cadium, blanc de titane.

A laughing violinist, 60 heures de travail - Alain Decayeux

60ème heure de travail
23 janvier 2007

Visage réalisé en 2 couches, renforcement des ombres, accentuation des lumières...
Une couche de vernis 6 mois après avoir laissé reposer la peinture.
Ce tableau est maintenant prêt à affronter les siècles !



Comparaison entre l'original et la reproduction de « A laughing violinist »

Comparaison

L'original à gauche, la reproduction à droite.


N'ayez pas peur de contraster votre tableau. De nombreux peintres n'osent pas renforcer leurs couleurs et ainsi leur donner de la puissance.
Ils ont peur de réduire à néant leur travail et le résultat est finalement terne.
Pensez au contraste !